Ville de Colmar

votre publicité ici


Rechercher


Mon compte

 

C'est la faute des autres ...

C'est de la faute des autres

Certains disent que la rentabilité des entreprises en France est trop faible, à cause des coûts salariaux.

 

C'est la faute des autres....

Dans de très nombreuses entreprises, surtout de type industriel, on indique que le coût de la main-d'oeuvre est à l'origine de tous les maux, et justifie les fermetures de sites ou les décisions de délocalisation.

Il suffit de comparer deux entreprises concurrentes pour se rendre compte que la vérité est peut-être ailleurs. L'actualité de Peugeot montrerait que c'est vrai, alors que celle de Toyota prouve le contraire.

Il faut chercher les causes de notre impossibilité de rendre nos entreprises rentables là où cela se passe réellement : la capacité à déterminer précisément le coût complet de nos produits ou services.

L'entreprise est un système vivant, qui connaît des situations qui évoluent au jour le jour. Certaines offrent des possibilités, d'autres remettent en cause les acquis ou les certitudes.

Le monde d'aujourd'hui évolue très vite, il nécessite des prises de décisions quasi immédiates, décisions qui peuvent avoir des conséquences non négligeables sur le futur de l'entreprise, de ses salariés, et ses créanciers.

Prenons un exemple :

Mon entreprise est sollicitée pour faire une offre de prix pour la réalisation d'un produit. Je me précipite sur mon logiciel ou mon tableur, afin de calculer mon coût de revient, d'ajuster ma marge et de proposer mon meilleur prix. Et mon client ou prospect me dit : vous êtes trop cher.

C'est donc forcément de la faute des coûts salariaux, des taxes à gogo, des conditions de travail... bref des autres. Me suis-je posé la question de savoir si mes calculs étaient réalistes, actualisés ? Tiennent-ils compte de la situation précise de mon entreprise, de sa capacité à mieux utiliser le couple main-d'oeuvre/machines, de sa possibilité à réduire ses coûts en répartissant ses coûts fixes sur une activité plus importante ?

Bref, si j'obtiens un prix qui est au-dessus de celui qu'attend mon client, n'est-ce pas de ma faute, car j'ai bordé mon analyse d'autant d'approximations que de pseudo sécurités,  et bien souvent de répartitions arbitraires, de coûts standards, voire historiques.

Une chose est sûre : plus je pense être "trop cher" (d'après mon analyse), moins j'engrange de nouvelles affaires, moins mes machines seront chargées, et plus j'augmente mes coûts (une machine qui ne tourne pas coûte, une machine qui tourne rapporte).

Conséquence : par ma faute, je donne raison aux autres : je suis trop cher !

En inversant cette logique imparable et destructrice de tant d'entreprises, il est possible de réduire les coûts (par une analyse en temps réel de l'ensemble des contraintes et capacités de mon entreprise), de proposer le bon prix à mes clients, d'engranger de nouvelles affaires, et ainsi d'accélérer la baisse de mes coûts, et donc de rentabiliser mon entreprise.

Il est curieux de regarder certaines entreprises, qui se développent en proposant de meilleurs prix, et les autres qui périclitent en étant toujours trop chères.


Mais c'est forcément la faute des autres !




Alain NAPP le 31/08/2012 à 14:39:44
Site d'origine : www.gestion-pro.com
« Retour